Est-ce que l’agoraphobie est une maladie mentale ?

Agoraphobie maladie mentale

L’agoraphobie est un type de trouble anxieux dans lequel les personnes ont peur de quitter leur domicile ou d’autres lieux sûrs. Les personnes atteintes d’agoraphobie ont souvent aussi un trouble panique, car les deux affections coexistent fréquemment. L’agoraphobie n’est pas une maladie mentale, mais elle est souvent considérée à tort comme telle. Il s’agit en fait d’une peur intense de se trouver dans une situation où il serait difficile d’obtenir de l’aide ou une sortie en cas d’urgence. Les personnes atteintes d’agoraphobie peuvent craindre d’être seules, de se trouver dans des espaces publics ou en dehors d’un environnement connu et fiable.

De nombreuses personnes qui ont ces craintes ne souffrent pas d’un trouble anxieux ; elles préfèrent simplement rester dans des environnements sûrs la plupart du temps ou fuient des situations très spécifiques qui ne sont pas dangereuses pour la plupart des gens. Cependant, les personnes atteintes d’agoraphobie sont tellement angoissées par ces situations qu’elles les évitent complètement, même au détriment de leur bonheur et de leur bien-être personnels. Cette affection peut être débilitante pour certains et stimulante pour d’autres. Voici tout ce que vous devez savoir sur l’agoraphobie : 

Qu’est-ce que l’agoraphobie ? 

L’agoraphobie est une peur extrême et irrationnelle de se trouver dans des situations qui pourraient déclencher une attaque de panique. Le mot « agoraphobie » vient des mots grecs « agora » (qui signifie « marché ») et « phobie » (qui signifie « peur »). Le terme « agoraphobie » est également utilisé pour désigner un trouble anxieux dans lequel la peur des symptômes d’anxiété (comme la nervosité extrême, l’essoufflement, la transpiration, les vertiges ou les nausées) pousse une personne à éviter les situations susceptibles de déclencher ces symptômes. Les personnes atteintes d’agoraphobie craignent souvent d’être seules, de se trouver dans une foule et/ou de sortir d’un environnement familier et fiable. Les situations les plus fréquemment évitées par les personnes agoraphobes sont les transports en commun, les ponts et les déplacements hors du domicile. Cependant, les personnes agoraphobes peuvent également éviter des activités simples comme faire des courses, conduire, aller au cinéma ou se rendre dans un cabinet médical. 

A lire aussi :   Comment se remettre d'un deuil périnatal ?

Signes et symptômes de l’agoraphobie 

Le symptôme le plus courant de l’agoraphobie est l’anxiété dans certaines situations. L’anxiété qui accompagne l’agoraphobie peut varier en gravité et se manifester de différentes manières. Par exemple, une personne peut se sentir nerveuse mais être capable de fonctionner normalement ; une autre personne peut ressentir une telle anxiété qu’elle est incapable de quitter la maison. L’agoraphobie peut coexister avec d’autres troubles mentaux, comme la dépression ou le syndrome de stress post-traumatique (SSPT), ou entraîner des troubles comorbides liés à la consommation de substances. Les personnes souffrant d’agoraphobie peuvent présenter l’un ou l’autre ou l’ensemble des symptômes suivants : Peur ou anxiété à l’idée de se trouver dans une situation où il pourrait être difficile de s’échapper (par exemple, dans les transports en commun, seul, dans une foule ou en dehors d’un environnement connu et fiable). La peur ou l’anxiété peut se manifester dans la situation elle-même ou être déclenchée par l’idée de se trouver dans cette situation. Un exemple de ce dernier cas est l’anxiété extrême ressentie en conduisant sur l’autoroute, même si le fait d’être sur l’autoroute n’est pas nécessairement une situation dangereuse. 

Quelles sont les causes de l’agoraphobie ? 

La cause de l’agoraphobie n’est pas connue, mais on pense qu’il s’agit d’une combinaison de facteurs biologiques et environnementaux. Des facteurs génétiques (héréditaires) peuvent être responsables de 30 à 50 % des cas d’agoraphobie. Parfois, l’agoraphobie se développe après une expérience traumatisante, comme une attaque de panique suivie d’une fuite difficile d’un lieu public. 

Comment diagnostique-t-on l’agoraphobie ? 

Un diagnostic d’agoraphobie est posé par un professionnel de la santé mentale sur la base des antécédents du patient et de ses symptômes actuels. Il n’existe pas de tests de laboratoire permettant de diagnostiquer ou d’exclure l’agoraphobie. Afin de poser un diagnostic, un professionnel de la santé mentale interroge généralement le patient sur ses symptômes et ses antécédents médicaux. Un examen physique ne fait généralement pas partie du processus de diagnostic de l’agoraphobie, mais un professionnel de la santé mentale peut demander au patient de décrire tout symptôme physique. En outre, le professionnel de la santé mentale peut demander au patient s’il a des antécédents de diagnostics de santé mentale, d’abus de drogues ou d’alcool, ou d’autres conditions médicales. 

A lire aussi :   Est-ce que le thé est mauvais pour la santé ?

Traitement de l’agoraphobie 

La première étape du traitement de l’agoraphobie consiste à créer un plan d’action, ou « filet de sécurité », qui aidera la personne à éviter les crises de panique tout en essayant de surmonter ses peurs. Ce filet de sécurité consiste généralement en des stratégies d’auto-assistance, telles que des exercices de relaxation, l’imagerie et la pleine conscience, combinées à l’aide d’un professionnel de la santé mentale. Afin de prévenir les crises de panique, les personnes agoraphobes doivent se « désensibiliser » aux situations qui leur causent de l’anxiété. Pour ce faire, elles expérimentent la ou les situations redoutées à un rythme détendu et facile jusqu’à ce qu’elles n’aient plus peur. Il est essentiel de travailler avec un professionnel de la santé mentale au cours de ce processus. Le professionnel de la santé mentale peut aider les personnes agoraphobes à élaborer un plan de désensibilisation efficace et peut également proposer d’autres formes de thérapie, si nécessaire, comme la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) ou la psychothérapie. 

Conclusion 

Il est important de noter que toutes les personnes qui évitent certaines situations ne souffrent pas d’agoraphobie. Dans de nombreux cas, les personnes qui mènent une vie très protégée ou qui ont peur de quitter leur maison ou d’autres lieux sûrs préfèrent simplement rester dans ces endroits la plupart du temps. Cependant, les personnes agoraphobes sont tellement angoissées par ces situations qu’elles les évitent complètement, même au détriment de leur bonheur et de leur bien-être personnels. D’autres personnes peuvent également ressentir de l’anxiété dans certaines situations, mais cela n’interfère pas avec leur fonctionnement quotidien. Par exemple, de nombreuses personnes se sentent nerveuses avant de parler en public, mais elles sont capables de surmonter la situation sans difficulté. L’agoraphobie est une affection grave qui peut perturber considérablement la vie d’une personne, surtout si elle ne cherche pas à se faire aider. Heureusement, il existe des traitements efficaces de l’agoraphobie, notamment la TCC et les médicaments. 

A lire aussi :   Pourquoi ma cigarette électronique me brûle la gorge ?

Laisser un commentaire