Franck Gintrand

Publié le :

  • 11 avril 2018

Définition : philosophie politique en faveur des valeurs traditionnelles. Etym. Empr. au lat. class. conservare « conserver, maintenir, observer », composé de servare « préserver, garder ». Origine : publié en 1790, Réflexions sur la Révolution de France de Burke plaide pour la première fois contre la philosophie des Lumières et pour les valeurs de la tradition.

Ce qui est essentiel. Le conservateur ne voit pas de progrès fondamental dans la liberté individuelle et la société de consommation. A ses yeux, ces notions libérales ne font, au contraire, que fragiliser un peu plus des valeurs garantes de l’ordre social : la famille, la nation, la morale, le mérite, etc.

Conseil. Distinguer le conservateur du réactionnaire pour le flatter. L’amalgamer au réactionnaire pour le dévaloriser.

Voir : Réactionnaire, Progressisme

Citations : « Le conservateur, c’est l’autre, celui qui a peur, peur pour ses privilèges ou pour ses avantages acquis, peur de la liberté, du grand large, de l’inconnu, de la mondialisation, des émigrés, de la flexibilité, des changements nécessaires. », Alain Finkielkraut, L’Ingratitude. Conversation sur notre temps – « L’idée que la société a une direction est une erreur hégélienne. L’histoire n’a pas de direction, c’est une succession d’erreurs corrigées. Le conservatisme est la science qui apprend de ses erreurs. », Roger Scruton, Le conservatisme est la philosophie de l’attachement », propos recueillis par Eugénie Bastié, Revue Limite, nº 5, janvier 2017

Lire                                           

Le Dictionnaire du conservatisme, Christophe Boutin, Olivier Dard, Frédéric Rouvillois (dir.), 2017