Rhétorique

Franck Gintrand

Publié le :

  • 7 janvier 2018

Définition : art de bien parler. Etym. Du latin rhetoricus (« oratoire »). Origine : enseignement dispensé par Empédocle d’Agrigente, Corax et Tisias (à qui est attribué le premier manuel) à l’occasion d’expropriations prononcées par deux tyrans de la Grèce antique au Ve siècle avant J-C.

Ce qui est essentiel. S’appuyant sur l’image et l’émotion, la rhétorique n’a pas pour but de démontrer mais d’emporter la décision. Pour y parvenir, tous les moyens sont bons. Et ils ne manquent pas : métaphores, anaphores, oxymores mais aussi apostrophe, attaque ad hominem, comparaison sortie du contexte, prise à témoin, punchline…

Conseil. Toujours mettre la rationalité à la place qu’elle mérite en politique : après l’émotion. 

Voir aussi : Dialectique       

Citations : « La rhétorique cherche à convaincre par les moyens les plus laxistes – comme la preuve par un exemple isolé ou la preuve par l’absurde qui ne prouve rien , car elle se contente d’éliminer une seule éventualité. », Paul Jorion

A lire

Rhétorique et politique, Le pouvoir du discours et le discours du pouvoir, Constantin Salavastru, 2005

Revenir à la rubrique :