Rançon pour un homme mort, Columbo : dialogues extraits

Franck Gintrand

Publié le :

  • 16 novembre 2017

Etat d’esprit de l’inspecteur

Columbo : « Je cherche même pas à défendre mon point de vue. En fait je me suis surtout servi de cet exemple pour vous montrer quel genre de personne je suis, vous comprenez, à quel point je suis obnubilé par les détails, en d’autres termes j’essaye de vous montrer ce que je pourrais appeler mon … » – « Votre idiosyncrasie » –  » c’est bien ça, mon idiosyncrasie, oui, c’est le bon mot » – « oui, un des meilleurs ».

Absence de conscience du meurtrier

Columbo : « Voyez-vous Madame Williams, vous n’avez pas de conscience : c’est votre point faible. Il ne vous est pas venu à l’esprit qu’il y avait que très peu de personnes qui pouvaient prendre l’argent et faire une croix sur le meurtre. Non, hein, j’en étais sûr. De ne pas avoir de conscience cela limite votre imagination. Vous n’arrivez pas à concevoir que quelqu’un puisse être différent de ce que vous êtes : une femme cupide. Et c’est pourquoi qu’aussi brillante que vous soyez, et Dieu sait que vous l’êtes, vous avez cru pouvoir acheter votre belle-fille. »

Revenir à la rubrique :