Franck Gintrand

Publié le :

  • 11 octobre 2017

Né vers 10 av. JC, Ponce PIlate est préfet ou, selon Flavius Josèphe, procurateur de la province de Judée de 26 à 36 ap. JC. C’est lui qui ordonne la crucifiction de Jésus. Il est renvoyé à Rome et meurt en exil en Gaule ou en Suisse.

Selon le témoignage de Josèphe, Pilate est un homme cruel, cupide, autoritaire, et non le faible des évangiles qui en font un sympathisant à demi-chrétien.

Voici le portrait qu’il en trace dans la « guerre des Juifs » : « Pilate, que Tibère envoya comme procurateur en Judée, introduisit nuitamment à Jérusalem, couvertes d’un voile, les effigies de César, qu’on nomme enseignes. Le jour venu, ce spectacle excita parmi les Juifs un grand tumulte : les habitants présents furent frappés de stupeur, voyant là une violation de leurs lois, qui ne permettent d’élever aucune image dans leur ville ; l’indignation des gens de la ville se communiqua au peuple de la campagne, qui accourut de toutes parts. Les Juifs s’ameutèrent autour de Pilate, a Césarée, pour le supplier de retirer les enseignes de Jérusalem et de maintenir les lois de leurs ancêtres. Comme Pilate refusait, ils se couchèrent autour de sa maison et y restèrent prosternés, sans mouvement, pendant cinq jours entiers et cinq nuits.
Le jour qui suivit, Pilate s’assit sur son tribunal dans le grand stade et convoqua le peuple sous prétexte de lui répondre : là, il donna aux soldats en armes le signal convenu de cerner les Juifs. Quand ils virent la troupe massée autour d’eux sur trois rangs, les Juifs restèrent muets devant ce spectacle imprévu. Pilate, après avoir déclaré qu’il les ferait égorger s’ils ne recevaient pas les images de César, fit signe aux soldats de tirer leurs épées. Mais les Juifs, comme d’un commun accord, se jetèrent à terre en rangs serrés et tendirent le cou, se déclarant près à mourir plutôt que de violer la loi. Frappé d’étonnement devant un zèle religieux aussi ardent, Pilate donna l’ordre de retirer aussitôt les enseignes de Jérusalem.
Un peu plus tard il souleva une nouvelle émeute en épuisant, pour la construction d’un aqueduc, le trésor sacré qu’on appelle Korbónas ; l’eau fut emmenée d’une distance de 400 stades. À cette nouvelle, le peuple s’indigna : il se répandit en vociférant autour du tribunal de Pilate, qui se trouvait alors à Jérusalem. Celui-ci, prévoyant la sédition, avait pris soin de mêler à la multitude une troupe de soldats armés, mais vêtus d’habits civils, et, tout en leur défendant de faire usage du glaive, leur ordonna de frapper les manifestants avec des gourdins. Du haut de son tribunal il donna un signe convenu. Les Juifs périrent en grand nombre, les uns sous les coups, d’autres en s’écrasant mutuellement dans la fuite. La multitude, stupéfiée par ce massacre, retomba dans le silence. »

Revenir à la rubrique :