Lapidation d’Etienne, un précédant troublant

Franck Gintrand

Publié le :

  • 11 octobre 2017

Juif helléniste qui a reconnu en Jésus le Messie, choisi pour devenir un des diacres chargés d’assister les apôtres, Étienne accomplit des « prodiges et des signes remarquables parmi le peuple ».

Devant le Sanhédrin, on confronte alors Étienne à des témoins qui l’accusent de quatre blasphèmes : contre Dieu, contre Moïse, contre la Loi et contre le Temple de Jérusalem, lieu saint. Dialecticien, Étienne se disculpe de ces accusations. Jusqu’au moment où il s’en prend violemment à l’assemblée du Sanhédrin, reprochant à ses juges « la dureté de leurs cœurs et la mise à mort des saints », d’être des hommes au « cou raide », « incirconcis » dans leurs cœurs et leurs oreilles.

La réaction ne se fait pas attendre : tous se jettent sur Étienne, le traînent hors les murs de Jérusalem et le lapident.

Autre exemple : Paul, accusé par des faux témoins d’avoir profané le Temple, et qui manque d’être lui aussi lapidé.

Revenir à la rubrique :