Votez pour moi, Columbo : dialogues extraits

Franck Gintrand

Publié le :

  • 8 septembre 2017

Flatterie mêlée de mépris

– Ah, ah… Je dois reconnaître que vous êtes d’une rare subtilité pour un homme d’apparence aussi rustique.

– c’est un compliment Monsieur ? 

– Oh c’est empreint d’une certaine admiration je crois.

Sous-entendu 

– Vous parlez de notre affaire comme si j’y étais pour quelque chose

– Non pas vraiment mais c’est un peu lié quand même à cause du téléphone

– Ce serait très, très ennuyeux je vous l’avoue si jamais la suspicion se focalisait d’un coup sur ma personne

– Ça m’ennuierait aussi Monsieur

Demande de conseil professionnel 

– Ce ne sera pas long je voulais juste un petit conseil technique

Étonnement et demande d’explication

– Fascinant !

– C’est le mot oui…

– Mais il y a certainement une façon de se l’expliquer.

– Alors vous verriez, vous, une façon d’expliquer une chose aussi incroyable ?

Défi de Columbo au meurtrier 

– Et je crois que c’est vous sur la meurtrier 

(…)

– Je trouve votre affirmation un peu cavalière; j’avoue être un peu déçu.

– Oh j’en suis navré Monsieur Finch…

– Je croyais cette affaire réglée non ?

– Oh pour moi elle l’est oui, si c’est bien un de vos costumes, bien sûr .

Défi du meurtrier à Columbo  

– Je dois avouer que vous me décevez un peu lieutenant. Je suis sur que vous connaissez la loi et qu’on doit fournir  a l’accusions des preuves de la présence de l’accusé sur les lieux du crime 

– Ah je le sais très bien monsieur c’est la loi.

– Vous avez des preuves ?

– Non, hélas, non.

– Mais vous avez le corps d’un mort dont tôt indiqué qu’il a bien commis un suivie. Aucun doute sur le fait que l’homme s’est tiré un coup de 32 dans la tête. Dites moi n’avait il pas des traces de nitrate sur les doigts. 

– Oui oui il y avait des traces…

– Elles seraient venues comment les traces de poudre ?

– Je n’en ai pas la moindre idée 

– Dans ce cas tout ce qui vous reste c’est une accumulation de suppositions sans consistance et purement circonstancielles. Pas moyens de les utiliser. Alors si vous voulez bien lieutenant je vais devoir retourner à côté ou il se passe des choses plus séreuses que celles dont vous me parlez. N’hésitez pas à rester lieutenant. Je vous y invite. Vous êtes le bienvenu évidemment. Heu.. peut être à un de ces jours…

Revenir à la rubrique :