Les 20 plus célèbres maisons d’architectes construites de 1928 à 1940 : la modernité devient internationale

Franck Gintrand

Publié le :

  • 8 septembre 2017

Le Corbusier

La modernité est un esprit. C’est aussi un nouveau matériau revendiqué, assumé, le béton couplé avec l’acier, comme ici, pour former l’ossature de la Maison Lovell. L’architecte américain, Neutra, deviendra l’un des plus célèbres de sa génération et la Californie la terre des maisons de rêve.

Les maisons de la période :

  • 2 maisons sont classées au patrimoine de l’humanité : la Villa Tugendhat et la villa Savoye
  • 7 maisons se visitent : Villa Tugendhat, la villa Savoye, la villa Cavrois
  • 4 maisons sont en France, 2 en Tchéquie, 1 au Mexique,

Fin des années 20

Maison de repos Lovell (EU) – 1927-29

Ci-dessous : détail des vues extérieures

Ci-dessous : intérieur

Maison de repos Lovell – 4616 Dundee Drive, Los Angeles – Neutra (1927-29)

Pourquoi cette maison est-elle célèbre ? La maison de repos Lovell est la première maison individuelle dont la structure est en acier. L’idée en serait venu à Neutra lors de son séjour à Chicago. Le défi de la construction tenait essentiellement à la nature du terrain : un emplacement sur une pente très raide de Los Angeles. Un couloir en béton permet de traverser le fossé qui sépare la rue et l’entrée de la maison. La cage d’escalier en verre sur deux étages, avec un phare d’automobile de Ford servant de luminaire, descend du niveau de la rue (le niveau des pièces privées) – au lieu de monter comme c’est le cas d’habitude – vers l’étage noble.

La maison est également célèbre comme lieu de tournage de nombreuses productions hollywoodiennes comme par exemple L.A. Confidential

Ci-dessous : plan

Villa Tugendhat (Tch) – 1928-30

Ci-dessous : détail des vues extérieures

Ci-dessous : intérieur

Villa Tugendhat – Tchéquie – Mies Van der Rohe (1928-30)

Pourquoi cette maison est-elle célèbre ? Grâce à sa structure est en acier, la villa possède un plan libre : les espaces sont liés à une fonction, salle à manger, bureau, salon, etc., mais sans être cloisonnés. La maison n’a qu’un rez-de-chaussée sur rue (c’est l’étage de service, avec les chambres), les pièces à vivre se situent à l’étage inférieur en rez-de-jardin. Les matériaux sont soigneusement choisis le sol est en travertin, les parois sont plaquées en bois précieux, bois de citronnier, bois d’ébène, etc., la paroi qui protège le bureau de la lumière directe du jardin est constituée de trois monolithes d’onyx de Maroc. La façade sur le jardin est entièrement vitrée.

Ci-dessous : plan

telechargementSe visite. Jours et horaires sur le site de la maison : tugendhat.eu

 Villa Savoye (Fr) – 1929-31

Ci-dessous : intérieur

Villa Savoye – 82, chemin de Villiers, Poissy – Le Corbusier (1929-31)

Pourquoi cette maison est-elle célèbre ? Pour son design. Dernière des villas blanches de l’architecte, cette « boite en l’air » illustre les cinq points de l’architecture moderne formulés par l’architecte : les pilotis, les toits-terrasses, le plan libre, la fenêtre en bandeaux et la façade libre. Une grande partie du premier étage est occupée par la terrasse qui donne sur une rampe menant au solarium. les rangements ont été pensés lors de l’élaboration du plan et intégrés aux pièces.

telechargementSe visite. Jours et horaires sur le site de la maison : villa-savoye.fr

Villa Cavrois (Fr) – 1929-32

Ci-dessous : intérieur

Villa Cavrois – 60, avenue du Président-John-Fitzgerald-Kennedy, Croix – Robert Mallet-Stevens (1929-32)

Pourquoi cette maison est-elle célèbre ? Commandée en 1929, elle a été édifiée à Croix, près de Roubaix, dans un parc de 2000 m2 pour Paul Cavrois, industriel du textile du Nord. Menacée de destruction et sauvée in extremis par une forte mobilisation et le rachat par l’État en 2001, elle subit un important chantier pendant plus de douze ans mené par le Centre des monuments nationaux avant de rouvrir au public (plus de détails ICI). Entre-temps, la célèbre demeure a également retrouvé une partie de son mobilier d’origine.

Ci-dessous : plan

telechargementSe visite. Jours et horaires sur le site de la maison

Deux blogs dont sont tirées les photographies grand format ci-dessus : decoatouslesetages et panierdesaison.com

A voir dans les environs : Roubaix

L’architecture industrielle et Art Déco siècle de Roubaix : La ville est reconnue pour son patrimoine architectural et pour l’essor économique qu’elle a connu durant la Révolution industrielle au XIXe siècle, grâce à l’industrie textile, dont elle fut une des capitales mondiales au début du XXe siècle. Ci dessus : Initialement La reconnaissance publique initialement destinée au stockage de la laine et des soies, et reconverti en équipement culturel, l’usine Motte Bossut, ancienne filature de coton, l’usine Roussel, ancienne filature de laine peignée et La Piscine, ancienne équipement municipal Art Déco, construite dans les années 30 et connue à l’époque pour être la plus belle Piscine de France, transformée aujourd’hui en musée. En savoir +

Villa Kluge (All) – 1929

Ci-dessous : intérieur

Villa Kluge « Am Rupenhorn » – Am Rupenhorn 25 / Heerstraße 161, 14055 BerlinBerlin – Hans et Wassili Luckhardt  (1929-30)

Pourquoi cette maison est-elle célèbre ? Seulement cinq ans après sa construction, la villa a été transformé en immeuble d’appartements. Au cours de la période du national-socialisme, le bâtiment a échappé de justesse à la démolition avant d’être endommagé dans la Seconde Guerre mondiale. En 1997, l’architecte Robert Wischer et son épouse, l’urbaniste dr. Christa Kliemke, l’achète avant de la restaurer complètement.

Ci-dessous : plan

telechargementSe visite. Jours et horaires sur le site du magazine Monument

Années 30

Maison Cormier (Can) – 1930-31

6497728319_e7343713a7_z

Ci-dessous : intérieur

Maison Cormier – 1418, avenue des Pins Ouest Montréal – Cormier (1930-31) : Maison de style Art déco, elle en présente toutes les caractéristiques : lignes verticales, grande fenêtre de façade verticale, motifs floraux au-dessus des fenêtres, marquise stylisée, atmosphère austère et dépouillée. La maison se compose de deux cubes inégaux qui se superposent. Les toits sont plats. Autre particularité: c’est l’une des premières maisons de Montréal à se doter de béton armé, un matériau relativement nouveau à l’époque. Dernière maison construite dans le Mille Carré.

Mille carré doré, Montréal : Au début du XXe siècle, le Mille carré doré regroupait parmi les plus grandes fortunes du Canada. Plusieurs abritent aujourd’hui des chaires de recherche de l’Université McGill alors que d’autres sont occupées par des magasins ou des ambassades.Plus tard avec l’expansion du centre-ville, les nouvelles maisons luxueuses se construisirent un peut plus à l’Ouest dans la nouvelle ville jardin de Westmount.

telechargementNe se visite pas

Maison de Diego Rivera (Mex) – 1930-32

Casa-estudio_kahlo-rivera_5Casa-estudio_kahlo-rivera1
Maison de Diego Rivera et Frida Kahlo – Mexico – O’Gorman (1930-32) : disciple de Le Corbusier, O’Gorman construit une maison en deux blocs de béton lisse, indépendantes l’une de l’autre et reliés par un pont étroit qui relie les toits. Un bloc est rouge et représente Diego. L’autre est bleu, ce qui représente Frida. Le pont qui les unit, c’est le lien de la passion entre eux. Il répond également aux 5 points au-dessus de Le Corbusier, avec la maison sur pilotis, les plantes libres, façade libre, jardin avec terrasse et des fenêtres allongées.

Maison aluminaire (EU) – 1931

Maison aluminaire – New York – Kocher et Frey (1931) : Erigée en dix jours, cette maison en acier et aluminium est considéré comme un des premiers exemples du jeune style international. Cette construction s’inscit dans la lignée des maisons préfabriquées expérimentales, Dom-Ino du Corbusier (1914) ou encore la maison Dymaxion de Fuller, économe en matière d’énergie, fonctionnelle et peu coûteuse (conçue et développée dans le courant des années 1940). En savoir +

Atelier de Meudon (Fr) – 1931

Ci-dessous : intérieur

Atelier de Meudon – Doesburg (1931) : Cette maison-atelier se compose de volumes simples et stricts (deux cubes juxtaposés) et la couleur n’intervient que de manière très ponctuelle. Ce retour à davantage de simplicité dans les volumes et dans l’usage des couleurs fait sans doute suite chez Theo van Doesburg à sa déception face au peu d’enthousiasme suscité par le café-dancing de L’Aubette. Ce nouveau revirement correspond également à sa proclamation publiée dans le manifeste de l’Art Concret Vers la peinture blanche : « Blanc est la couleur de la nouvelle époque, la couleur qui signifie dans toute époque celle de la perfection, de la pureté, et de la certitude. »

Villa Schmelowsky (Tch) – 1931

schmelowskyho_vila

Villa Schmelowsky – Opletalova 3102/29 – Jablonec nad Nisou Lauterbach (1931) : Une villa dans le style fonctionnaliste sous la forme d’une forme de bateau conçue par l’architecte, Heinrich Lauterbach. Le propriétaire actuel a conservé l’aspect d’origine et a restauré les intérieurs historiques. > Localisation

Van der Leeuw Research House (EU) – 1931-34

Van_der_Leeuw_Research_House_richard_neutraVan_der_Leeuw_Research_House_interior_richard_neutra

The Van der Leeuw Research House – Neutra – 1931-34

Maison Schminke (EU) – 1933

Maison Schminke – Hans Scharoun – 1933 : Construite  à la même époque que la Villa Tugendhat de Mies van der Rohe (1931) ou la Villa Savoye de Le Corbusier (1929), la Maison Schminke de l’architecte Hans Scharoun (1993 – 1972) se distingue par l’interpénétration entre l’intérieur et l’extérieur. La mise en œuvre est à la fois extravagante et fonctionnelle. Le corps du bâtiment, tout en courbes avec ses terrasses, ses escaliers extérieurs et ses nombreuses fenêtres-hublots, évoque un paquebot.

Sonneveld house (PB) – 1933

Ci-dessous : intérieur

Sonneveld house – Jongkindstraat 12  3015 CG Rotterdam – Brinkman et Vlugt (1933) : Les formes géométriques du bâtiment sont représentatives du Nieuwe Bouwen, mouvement architectural des années 1920-1940 tout en sobriété. La maison disposait à l’origine de toute une série d’éléments particulièrement technologiques pour l’époque: le système de radiodiffusion qui permettait d’écouter la radio dans toutes les pièces, le monte-charge qui portait le bois pour la cheminée de la cave aux étages supérieurs, une sonnette électrique fixée à la table pour appeler le personnel durant les repas et même une douche avec dix buses pour masser le corps.

telechargementSe visite. Jours d’ouverture et horaires sur le site du Guide Michelin

Villa Noailles (Fr) – 1924-33

villa-noailles555972_sans-titre

Villa Noailles –  montée Noailles, Hyères – Malet-Stevens (1924-33) : Construite à partir de 1923 par l’architecte Robert Mallet-Stevens pour Charles et Marie-Laure de Noailles, elle sera successivement agrandie jusqu’en 1933 pour atteindre 2 000 mètres carrés et 60 pièces avec piscine, squash et gymnase privés.

telechargementSe visite. Jours d’ouverture et horaires sur le site de la maison

Lescaze house (EU) – 1934

uglybrownstone

Lescaze house – Lescaze – NY (1934) – En savoir plus

Fallingwater (EU) – 1936-39

Ci-dessous : plan

Fallingwater – 1491 Mill Run Road, Mill Run – Frank Lloyd Wright (1936-39) : Wright a choisi de préserver au maximum le caractère naturel et sauvage du lieu en ne pratiquant aucun travail de terrassement. La maison est structurée autour d’une tour centrale avec des pièces qui gravitent en porte-à-faux. La partie verticale en pierre naturelle contraste avec les plateaux horizontaux en béton. Salué peu après son achèvement par le magazine Time comme « la plus belle œuvre » de Wright, elle est également classée parmi la liste des vingt-huit lieux « à visiter avant de mourir » par le magazine Smithsonian aux même titre que les pyramides d’Égypte ou de la Grande barrière de corail.

telechargementSe visite. Jours d’ouverture et horaires sur le site de la maison

Revoir la Mort aux trousses d’Alfred Hitchkok

La maison de Vandamm que l’on voit à la fin de La mort aux trousses (1958) n’est pas une maison de Frank Lloyd Wright. La maison n’a jamais existé, elle a été conçue par l’équipe de décorateurs du film à la demande du cinéaste. il s’agit d’un décor partiel construit dans la campagne près des studios et inséré en matte painting dans les plans de paysages. Une légende tenace veut pourtant que l’on attribue cette maison à Wright qui avait 92 ans au moment du tournage. Elle est néanmoins inspirée de la maison de la cascade.

Louer une maison conçue par Frank Lloyd Wright

Villa Malaparte (It) – 1937

Villa_Malaparte_1Capri-villa-Malaparte

Villa Malaparte – Libera (1937) : La villa est un parallélépipède de maçonnerie rouge encastré dans le rocher, surtout connu pour son aspect extérieur entaillé par un monumental escalier en pyramide inversée conduisant au toit-solarium. Le bâtiment est réparti sur trois niveaux : un rez-de-chaussée, comportant notamment une aile pour les invités, un premier étage, avec des chambres et salles de bains en marbre de style pompéien, ainsi que la cuisine, un second étage, abritant un immense atrium, une salle de réception, une bibliothèque. Trop volumineux pour quitter l’édifice, la majeure partie du mobilier original est toujours dans la villa.

Revenir à la rubrique :