Psychologie du pouvoir

Franck Gintrand

Publié le :

  • 17 mars 2016

Il faut avoir plus de courage que la moyenne pour faire ce que d’autres ne font pas et moins d’orgueil que le commun pour plier au bon moment.

Voir aussi

« Il lui revient de vivre en permanence ce paradoxe qui est le propre de l’homme d’Etat : demeurer sensisble, attentif, ouvert aux autres, et être inflexible, inébranlable, intraitable lorsque l’intérêt général est en jeu. », Philippe Seguin au sujet de Jacques Chirac, Franz-Olivier Giesbert, La tragédie du président – « Si l’on mesure l’homme politique à son action, et non pas à son intelligence, le caractère seul peut conduire à de graves échec. » – Les jeux du pouvoir, Jean de la Fougère

Revenir à la rubrique :