Franck Gintrand

Publié le :

  • 9 mars 2016

Se refuser à promettre au-delà de ce qu’on pense pouvoir tenir c’est enlever tout espoir à ceux qui ne demandent qu’à croire. Pire : c’est se montrer inflexible au risque de paraître dépourvu d’empathie. Face à une demande qui ne peut être satisfaite, on peut au moins promettre d’y réfléchir. Sait-on de quoi demain sera fait ?

Voir aussi : Programme

« En politique, il faut donner ce qu’on n’a pas et promettre ce qu’on ne peut donner. », Louis XI – “Une politique qui se borne à brasser des rêves les trompe tous. Une politique qui les ignore se trompe sur la nature de ceux qu’elle prétend conduire.”, François Mitterrand – “Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent.”, Jacques Chirac, Le Monde – 22 Février 1988 – « Le désir tient d’une main de fer tous les hommes, et sa puissance est telle que, quelle que soit la désillusion qui suit fatalement sa réalisation, il nous mène toujours. », Gustave Le Bon, L’Homme et les sociétés – « La nature des promesses, Linda, est qu’elle reste à l’abri de l’évolution des circonstances. », House of cards – « C’est le but d’une campagne présidentielle, après tout. Donner du rêve. Hollande a su en distribuer à la pelle, en 2012-c’est d’ailleurs son principal souci, aujourd’hui. », Un président ne devrait pas dire ça

Revenir à la rubrique :