Contrition (faire acte de)

Franck Gintrand

Publié le :

  • 9 mars 2016

A proscrire dans l’exercice de ses fonctions. L’acte de contrition est en revanche fortement recommandé à l’issue d’une traversée du désert. On ne saurait avoir échoué sans en tirer quelques enseignements personnels, non pas sur le bienfondé de décisions importantes mais sur une manière d’être et de faire de la politique.

Voir aussi : Retour

« Trop souvent, je me laissais aller à diviser l’univers en deux camps irréductibles : les amis et les adversaires. Je voulais tout et bien sûr tout de suite (…) J’ai moi-même participé, plus souvent qu’à mon tour, à (l)’esprit de clan. C’est pourquoi je suis fondé à dire, en quelque sorte fort de cette expérience, qu’il ne conduit à rien. », Nicolas Sarkozy, Libre

Revenir à la rubrique :