Franck Gintrand

Publié le :

  • 29 février 2016

C’est une erreur commune de vouloir justifier tous les comportements individuels ou collectifs par l’intérêt personnel. Si tel était le cas, comment s’expliquer le vote, qui à l’échelon d’un électeur, ne représente qu’une possibilité dérisoire d’influencer la réalité ?

Voir aussi : Vote, Intérêt général

« Il se trouve que chacun va au bien commun, croyant aller à ses intérêts particuliers. », Montesquieu, L’esprit des Lois, Tome 1 – « On renonce plus aisément à son intérêt qu’à son goût.” François de La Rochefoucauld, Maximes

Revenir à la rubrique :