Franck Gintrand

Publié le :

  • 27 juin 2015

Surtout pratiqué dans la démocratie antique, le tirage au sort témoigne d’une conception de la représentation où l’aptitude personnelle importait moins que l’absence de collusion et d’esprit de corps.

Voir aussi : intérêt

« Les défenseurs du tirage au sort en politique partent du constat que le système de démocratie représentative actuel revient en réalité à la confiscation du pouvoir par une petite caste de politiciens, partageant les mêmes intérêts, et totalement coupés de leur électorat. Là-dessus, on ne peut guère leur donner tort (…) Mais, prétendre que le système de désignation par tirage au sort est démocratique, pour peu que l’on connaisse la signification de la démocratie, revient à commettre une erreur fondamentale : celle de confondre un ensemble et un échantillon. », Tommy Lasserre, Tirage au sort en politique : la fausse bonne idée, Mediapart, 2014

Revenir à la rubrique :