Franck Gintrand

Publié le :

  • 10 juin 2015

Ce qui est essentiel. Devant le fait accompli, la flatterie est de toutes les réactions possibles la plus censée vis-à-vis du pouvoir. Sauf à être dans la presse ou dans l’opposition, pourquoi douter d’une intention ? Et quel est l’intérêt de mettre en cause une décision déjà prise ?

Voir aussi : Canular, Orgueil

Citations : « Il n’y a sans doute que vous, mon Général, dans le monde, qui ayez en permance dans l’esprit une vision aussi planétaire que (John Kennedy). », André Malraux s’adressant au général de Gaulle, cité par Bérengère Bonte, Dans le secret du conseil des ministres – « On ne meurt jamais d’une indigestion de compliments. », Jean-Louis Debré cité par Bérengère Bonte, idem – « Dans le flatteur, elle voit toujours un traitre en puissance. Il est vrai que la lèche aigrit la langue. », Franz-Olivier Giesbert, La tragédie du président, « Fillon : Monsieur le président, je voudrais vous dire, avec gravité et avec émotion, toute la confiance que je vous porte Sarkozy (non sans une certaine fierté) : Ce peut être important de dire qu’on s’aime… », Dans le secret du conseil des ministres, Bérengère Bonte

Revenir à la rubrique :