Franck Gintrand

Publié le :

  • 4 juin 2015

Sujet tabou s’il en est, la maladie grave nécessite pour le dirigeant d’anticiper une éventuelle absence, le temps d’une hospitalisation et d’une convalescence. Les élus et collaborateurs proches sont chargés d’expédier les affaires courantes comme si de rien n’était. Mais les coups d’Etat ne sont pas à exclure, y compris pendant une absence de courte durée. D’où l’importance de communiquer sur sa maladie… et son retour.

Voir aussi : Stress, Santé

« Ce qui distingue les hommes de pouvoir du vulgum pecus, c’est qu’ils souffrent en silence. Leurs douleurs ne peuvent pas et ne doivent pas paraître en public ». – Ces fous qui nous gouvernent, Pascal de Sutter

Revenir à la rubrique :