Franck Gintrand

Publié le :

  • 2 juin 2015

L’idée de Modernité en tant que rupture sans concession avec la tradition et stade ultime de la civilisation, cette idée-là a vieilli. Elle ne séduit plus, ou en tout cas, plus autant que par le passé. Etre moderne consiste désormais à être branché, si possible, sur les réseaux sociaux. 

Voir aussi : Progrès, Développement

« Charles Maurras est réactionnaire car il croit pouvoir restaurer le passé. Tandis que l’anti moderne sait qu’il est trop tard, d’où son dandysme mélancolique (…) Ainsi de Baudelaire ou de Chateaubriand qui sont des anti modernes sans illusion. », L’imposture du vivre ensemble de A à Z, Paul François Paoli

 

Revenir à la rubrique :