Franck Gintrand

Publié le :

  • 1 juin 2015

Dans l’ombre du pouvoir, des communicants inventent des drames de toute pièce, planifient des guerres et organisent des débats artificiels à la seule fin de permettre au pouvoir de reconquérir et égarer l’opinion… Le storytellling serait-il un rejeton du complotisme ? Une chose est sûre : que de fantasmes autour d’un concept qui, jusqu’à présent, n’a trouvé aucune illustration convaincante sinon de rares exemples (toujours les mêmes) tirés de la politique américaine.

Voir aussi : Elections, Communication, Spin doctor

« Le storytelling : le deuxième plus vieux métier du monde. », Danny Harris

Revenir à la rubrique :