Franck Gintrand

Publié le :

  • 1 juin 2015

Définition : absence de participation à une délibération ou à un scrutin lors d’une élection ou d’un référendum.

Ce qu’il faut savoir. L’abstention est une arme. En s’abstenant, l’élu manifeste une neutralité bienveillante ou une hostilité implicite tandis que l’électeur pénalise son camp sans aller jusqu’à voter contre lui. Ne jamais oublier que l’absence de vote peut s’avérer aussi décisive, sinon plus, que le vote lui-même. D’où l’importance dans une élection de mobiliser prioritairement son propre électorat.

Voir aussi : Silence, Absence

Témoignage. « (…) Mais pourquoi n’êtes vous pas allés voter? Parce que votre vie est dure, que vous vous sentez abandonnés ? Que vous êtes déçus par la politique nationale ? Tout cela ne vous intéresse pas ? Vous aviez des courses de Noël à faire?!! Nous avons la chance de vivre dans un pays où il y a liberté de vivre et de circuler, de s’exprimer : un pays démocratique. Tant de gens dans le monde nous envient cela ! Tant de gens sont morts pour cela ! Les tragiques événements du 13 Novembre nous ont rappelé violemment les valeurs auxquels nous tenons. Et vous laisseriez à d’autres le soin de décider à votre place ? (…) » – L’appel aux abstentionnistes de Claudette Brunet-Lechenault, présidente du PRG 71, 7 décembre 2015

Chiffres. L’abstention est la plus élevée aux élections européennes (plus de 59% aux élections de 2009) départementales (plus de 56% en 2011) et régionales (plus de 53% en 2010). Elle est la plus faible aux présidentielles (25% au second tour de l’élection de 2017) et des municipales (moins de 38% au second tour des élections de 2014).

A savoir : En France, les votes blancs ou nuls ne sont pas considérés comme des abstentions, mais ils ne sont pas pris en compte dans les résultats de l’élection.

Revenir à la rubrique :