Supériorité (air de)

Franck Gintrand

Publié le :

  • 31 mai 2015

Ce qui est essentiel. Mélange savant d’amusement et de distance. Frise l’arrogance sans jamais y céder, l’air de supériorité irrite mais en impose.

Voir aussi : Prestance

Citations : « A table, un journaliste interroge l’ancien Premier ministre: «Vous pensez que François Hollande est à la hauteur de ce qui l’attend?» La question est de pure forme. En politique roué, il sait qu’il peut s’en tirer avec un «évidemment!» qui refermerait aussitôt le chapitre. Pourtant, il commence par esquisser un petit sourire. Puis il prend le temps de tremper les lèvres dans son café. Enfin, il relève la tête et, ayant ainsi ménagé le suspense, répond d’une voix onctueuse: «François? Non… Il est bien. Il fait le job de candidat.» Et il ajoute, patelin, avec ce petit air de supériorité qui lui a souvent joué des tours: «Vous savez, François, on ne lui demande rien d’autre… Tant qu’il fait ce qu’on lui dit, tout ira bien…» », Carl Meeus, Le Figaro, 10 mars 2016

 

Revenir à la rubrique :