Instinct politique

Franck Gintrand

Publié le :

  • 30 mai 2015

A la différence des « têtes d’oeuf », les « animaux » et les « bêtes » politiques privilégient l’instinct sur la logique suivant une règle simple : mieux vaut se tromper avec les autres que d’être seul à avoir raison.

Voir aussi : Instinct

« Au-delà des imprécisions de chiffres (…) ou de raccourcis trop rapides, (…) l’animal politique est toujours là. Avec cette qualité intacte : l’énergie. » – Sarkozy sur « DPDA » : le retour de l’animal politique, Michèle Cotta, Le Point – « En animal politique rompu aux retournements de situations, François Hollande dont les adversaires rappellent régulièrement qu’il est venu à l’Elysée à cause d’un certain accident new-yorkais,  se garde bien de se prononcer et de trancher sa position sur les primaires. » – Mustapha Tossa, L’annus horribilis de François Hollande

Revenir à la rubrique :